Le soutien à la fonction parentale :

 

Vous êtes parents , le bébé est une lourde charge, vous êtes fatiguée(é), vous n’osez pas le dire ou vous ne pouvez pas le dire.

Votre enfant vous préoccupe : il transgresse les règles, n’accepte aucune limite. Vous n’avez plus d’autorité sur lui.
Il est en échec scolaire. Il refuse de vous parler de son malaise.
Il n’est plus le même depuis quelques temps….il est fuyant.
Il n’y  a pas d’entente parentale entre vous.
Vous n’êtes pas d’accord avec l’autre parent dans ses interventions (trop rigide, ne s’intéresse pas à l’éducation, c’est un parent absent…).
Vous vous disputez souvent à propos des enfants.
Vous devez prendre une décision grave concernant un enfant (santé, orientation…).
Prendre du recul, clarifier des points particuliers, vous parait nécessaire.

Mon expérience auprès des familles m’a montré combien il est important pour l’enfant que les parents ne soient pas en conflit devant lui. La disqualification d’un parent a de graves conséquences dans son évolution car elle annule les effets de l’éducation.

 

La médiation parents adolescent :

 
L’adolescence est l’espace de tous les comportements extrêmes, les émotions sont exacerbées et donnent souvent lieu à des comportements excessifs qui génèrent du conflit et de l’incompréhension.
La communication devient difficile.
La présence d’un tiers neutre favorise l’expression de chacun.
 

Un protocole d’accord sur un litige précis, peut-être rédigé. Il s’agit d’établir des limites , et que chacun se sente respecté.

Néanmoins être parent se décline au quotidien et ne peut se satisfaire d’un dispositif à jamais fixé dans un texte.

 

L’essentiel de ce travail consiste à établir entre les parents et l’adolescent  un mode de relation qui leur permette de communiquer pour  que chacun se sente entendu et reconnu dans ses besoins.